16/12/2008

On lance les hostilités – Sorpatel de porc



Chez mes parents, traditionnellement, le 15 décembre, on commence les préparations de Noël. C’est l’anniversaire de ma mère et la journée est festive ! Ma mère prépare ce plat de viande de porc, de foie de porc et de sang de porc le 15 décembre. Les jours suivants, on faisait tous les jours d’autres petits plats sucrés et salés, pour les paniers garnis, distribués aux amis et voisins le jour de Noël. Le sorpatel est cuit dans un récipient en terre cuite et réchauffé et refroidi tous les jours. Le jour de Noël, le sorpatel a bien mariné, les saveurs se sont mélangés et c’est très, très bon … Attention, c’est vraiment un plat de fête – gras, épicé, mais, délicieux !!!

Le sorpatel est un plat traditionnel dont les origines sont portugaises – il se cuisine à Goa et à Bassein (ancien Bombay, bastion portugais, avant que Bombay soit donné en dot aux Anglais, suite au mariage de Catherine de Bragance avec Charles II).


Sorpatel de porc

Ingrédients :
1½ kg de viande de porc assez grasse (j’ai utilisé l’échine)
½ kg foie de porc (ou de veau)
1 gros oignon, émincés
4 gousses d’ail, émincées
5 cm de gingembre frais, émincés
2 cuillers à soupe de saindoux ou à défaut de l’huile
3 cuillers à soupe de rhum (traditionnellement c’est l’alcool de fruits de cajou)
Mixer ensemble avec de l’eau, si nécessaire (le massala) :
20 piments rouges (la recette originale en demande 40, mais avec le temps le piquant se dissipe)
15 clous de girofle
10 gousses de cardamome
1 bâton de cannelle
1 cuiller à soupe de coriandre en grains
1 cuiller à café de cumin en grains
1 cuiller à café de moutarde en grains
1 cuiller à café de curcuma (ou un petit morceau de la racine séché, si vous trouvez)
4 cuillers à soupe de vinaigre de vin
1 cuiller à café de poivre en grains
sel


Méthode :
Mouiller à hauteur et cuire les viandes avec l’oignon, ail et gingembre environ une heure.
Laisser refroidir et couper la viande et le foie en petits dès, en réservant le bouillon.
Faire chauffer le saindoux et ajouter les viandes.
Ajouter le massala et après une dizaine de secondes, incorporer le bouillon.
Laisser mijoter 15 minutes.
Mettre l’alcool quand vous réchauffer le plat avant de servir.
Servir avec du riz blanc ou des idlis.

Notes :
Préparer ce plat au moins l’avant-veille de la consommation. Un plat parfait quand on reçoit beaucoup de monde…
La photo sera mise en ligne ultérieurement






*******************

8 comments:

  1. Ces hostilités là me semblent plutôt agréables! En lisant la recette,je sens les parfums d'ici!

    ReplyDelete
  2. merci apolina toi aussi. je découvre ton blog.et je suis fan de cuisine indienne . je vais m' mettre avec ton aide lol! c'est vrai qu'on a pas eu beaucoup de temps à Soissons mais on garde le contact. bonnes fêtes!

    ReplyDelete
  3. ça à l'air délicieux comme plat, je ne connaissais pas !
    bon jeudi
    val

    ReplyDelete
  4. Et encore un à tester d'urgence. Dis-moi, tu n'as pas mis de sang ou tu n'en avais pas trouvé?

    ReplyDelete
  5. Mark

    Je n'ai pas trouvé du sang - tu as des sources?

    ReplyDelete
  6. Quelle belle surprise de découvrir le "sarapatel" - tellement typique de la cuisine de mon pays, le Portugal - sur ton beau blog! :-)

    C'est un plat que l'on réalise dans le nord du Portugal continental et là où j'habite, sur une île des Açores, au moment où l'on tue le cochon, afin d'avoir les abats et le sang les plus frais possibles. Dans certains villages, on y ajoute de la cannelle et du sucre.

    Tu dois aussi connaître le porc Vindaloo (le mot de vinha d'alho, la marinade basique portugaise) et le poulet cafreal de Goa, alors?

    Je vais revenir souvent sur ton blog. Je suis une fan de cuisine indienne authentique.

    Bonne continuation!

    ReplyDelete
  7. bonjour,quelle est la quantité de massala a rajouter au plat?
    Merci

    ReplyDelete
    Replies
    1. Bonjour Gérard, Tout! C'est la portion qu'il faut pour la recette :-)

      Delete